Pucerons

Les pucerons sont de petits insectes très couramment rencontrés sur les plantes et qui forment des colonies qui peuvent être rapidement néfastes.

Il existe plus de 4000 espèces et ils font partie de l’ordre des hémiptères. Ils sont de couleurs variables mais présentent deux petites cornes à l’extrémité de l’abdomen (cornicules). Chez ces insectes, il existe deux formes lors du cycle biologique avec une forme sans ailes (aptère) où on peut trouver la présence de femelles vivipares qui donnent naissance directement à des petits mais également une forme aillée qui sert à la reproduction sexuée et à la dissémination des colonies. Pour donner un ordre d’idée, une seule femelle peut donner jusqu’à 100 descendants dans de bonnes conditions.

Ils sont polyphages donc peuvent s’attaquer à de nombreuses plantes et ils sont parfois élevés par les fourmis qui se nourrissent du miellat qu’ils produisent. Ils sont vecteurs de virus et sont très souvent résistants aux traitements à base de produits chimiques donc la lutte biologique est une alternative indispensable.

Les symptômes

-déformations des feuilles

-présence de mues blanches (exuvies)

-réduction de la croissance

-avortement des jeunes feuilles et des fleurs

-présence de fumagine (champignon de couleur noire qui recouvre le feuillage)

Comment lutter ?

Dès qu'on détecte une petite attaque de pucerons, il suffit généralement de supprimer les insectes qu'on voit. Ils peuvent simplement être venus de l'extérieur grâce à la forme ailée et leur propagation peut être très rapide.

Lors d'une forte infestation, il peut être utile de doucher les plantes pour faire tomber les insectes voire de supprimer les parties les plus atteintes pour supprimer un maximum de bestioles. La recette magique peut être utile en dernier recours (voir les ingrédients ICI) mais c'est souvent insuffisant en cas de fortes attaques.

La lutte biologique donne de bons résultats avec l’utilisation d’auxiliaires prédateurs comme les larves de chrysopes et les larves de coccinelles mais aussi d’insectes parasitoïdes comme Aphidius sp. On peut aussi aller chercher des larves de syrphes dans son jardin.

Pour finir, je n'insisterais jamais assez sur le fait qu'il faut réfléchir, en parallèle des actions de lutte, à comment améliorer les conditions de culture car une plante en bonne santé n'aura pas d'invasion de bestioles.

Quelques photos
Petite colonie de pucerons sur une fougère
Petite colonie de pucerons sur une fougère
press to zoom
Mues
Mues
press to zoom
Déformation des feuilles
Déformation des feuilles
press to zoom
Colonie de pucerons
Colonie de pucerons
press to zoom
Colonie de pucerons noirs
Colonie de pucerons noirs
press to zoom
Zoom sur des pucerons noirs
Zoom sur des pucerons noirs
press to zoom
Aphis nerii
Aphis nerii
press to zoom
Pucerons parasités
Pucerons parasités
press to zoom
Colonie de pucerons verts
Colonie de pucerons verts
press to zoom
1/1
Dans ma jungle...

Je suis rarement amenée à rencontrer des pucerons dans ma jungle mais ça m'arrive de temps en temps sur mes Alocasias ou mon baobab quand je néglige leur arrosage. Dans ce cas là, je supprime les insectes que je croise et généralement cela suffit à arrêter l'attaque en revoyant les arrosages à la hausse.

En cas de grosses attaques, je n'hésites pas à aller récolter quelques larves de coccinelles, de syrphes ou de chrysopes dans mon jardin pour qu'elles fassent le travail à ma place.