Lumière

Fronde de fougère dans la lumière

La lumière est l’élément le plus important pour une plante d’intérieur. C’est le premier paramètre à prendre en compte quand on cultive des plantes tropicales et aussi la première question à se poser quand on acquière une nouvelle plante. En effet, c’est la « nourriture » de base des végétaux et ce qui leur permet de pousser correctement.

Mais ce facteur est parfois difficile à appréhender quand on débute mais aussi à parfaitement maitriser en intérieur car nos logements limitent souvent l’entrée de la lumière du soleil.

Qu’est-ce que la photosynthèse ?

C’est le processus selon lequel les plantes synthétisent des matières organiques grâce à l’énergie lumineuse en absorbant le gaz carbonique de l’air et en rejetant l’oxygène.

La lumière est captée par les parties vertes de la plante contenant de la chlorophylle et elle est utilisée comme une source d’énergie pour fabriquer la matière vivante constitutive du végétal à partir d’eau et de dioxyde de carbone.

La lumière est donc primordiale pour les plantes ! Sans lumière, pas de plantes…

Comment se comporte la lumière en intérieur ?

Ce n’est pas parce que c’est lumineux pour l’œil humain que ça l’est suffisamment pour les plantes. En effet, la lumière utile aux plantes est différente de ce que l’on perçoit en tant qu’humain. L’exposition joue un rôle très important mais aussi la distance de la fenêtre à laquelle se trouve la plante car la lumière se dégrade très vite quand on s’éloigne de la source lumineuse.

Il est fortement déconseillé d’installer des plantes à plus de deux mètres d’une fenêtre même si quelques espèces de sous-bois peuvent se contenter d’une luminosité assez basse. La plupart des plantes doivent être cultivées collées à la fenêtre ou très proches. Il est aussi important de savoir que les rayons du soleil vont tout droit et ne font pas d'angle droit donc ils ne vont pas atteindre les plantes qui sont trop décalées par rapport à la fenêtre.

Schéma de la photosynthèse

 

Il faut aussi avoir en tête que la lumière est différente suivant les saisons car le soleil sera plus intense en été qu’en hiver mais aussi plus ou moins haut dans le ciel donc moins de lumière peut entrer en hiver suivant la disposition des fenêtres.

Les obstacles extérieurs doivent aussi être pris en compte comme une avancée de toit ou un immeuble trop proche car cela peut fortement réduire la lumière qui arrive dans l’intérieur.

Il est aussi important à savoir que la lumière en extérieur est toujours beaucoup plus forte que la lumière en intérieur. En effet, le vitrage retient beaucoup de lumière utile aux plantes. De plus, il est indispensable de faire une transition douce quand une plante n’est pas habituée à recevoir beaucoup de lumière et qu’on la change de place ou que l’on la met en extérieur à la belle saison.

Schéma d'un livre ancien montrant la différence de lumière entre l'extérieur et l'intérieur
Schéma montrant la quantité de lumière
Les expositions

L’orientation du soleil dans la journée est un paramètre important à prendre en compte car il n’apporte pas la même quantité de lumière suivant le moment de la journée. En effet, le soleil du matin est plus doux que le soleil de l’après-midi donc une exposition Est sera moins lumineuse qu’une exposition Ouest. Dans le même ordre d’idée, une exposition au Sud apportera beaucoup plus de lumière qu’une exposition au Nord.

Ces paramètres sont donc à prendre en compte lors du placement des plantes dans l’intérieur pour trouver la bonne exposition suivant les besoins en lumière de chaque plante.

Pour connaitre l’exposition d’une fenêtre, il suffit de savoir que le soleil se lève à l’Est et se couche à l’Ouest mais aussi qu’on peut s’aider d’une boussole.

Où mettre quelle plante ?

Il est parfois difficile d’appréhender les besoins de chaque plante en lumière et ils peuvent varier considérablement d’une plante à l’autre.

Dans un premier temps, il peut être intéressant de savoir comment pousse la plante dans son milieu naturel. En effet, une plante vivant dans un milieu désertique aura de grands besoins en lumière contrairement à une plante de sous-bois évoluant sous la canopée. Ensuite, la couleur du feuillage peut aussi donner des indications car une plante avec un feuillage panaché demande plus de lumière comme une plante de couleur grise. A l’opposé, une plante avec de très grandes feuilles aura souvent des besoins moindres en lumière.

Pour de nombreuses plantes demandant beaucoup de lumière, le soleil direct n’est pas un problème tant que la plante est habituée et que l’arrosage suit en conséquence.

Les besoins en lumière des plantes d'intérieur
Quelques exemples en photos
Comment pallier un manque de lumière ?

Un manque chronique de lumière est dommageable à plus ou moins long terme. En effet, une plante pourra vivre quelques temps sans la quantité de soleil qui lui est nécessaire mais cela finira toujours par une dégradation de son état avec des tiges étiolées, une invasion de nuisibles voire même la mort. Certaines plantes peuvent vivre quelques temps sur leurs réserves mais cela finira toujours mal.

Mais il existe des solutions pour limiter ce problème comme l’utilisation d’un éclairage horticole pour amener une quantité supplémentaire de lumière. Dans ce cas, il faudra choisir un système adapté à la culture des plantes pour avoir un spectre lumineux adéquate et choisir la puissance en fonction des besoins des plantes. A l’heure actuelle, les leds sont une solution intéressante tant au niveau économique qu’au niveau performance.

Par contre, il est aussi possible de sortir à l’extérieur les plantes à la mi-ombre pendant la période estivale pour compenser un léger manque de lumière en hiver, en veillant à faire une transition douce car la quantité de lumière est vraiment très différente entre l’intérieur et l’extérieur.

Et dans le cas d’un très léger manque de lumière, il est intéressant de tourner les plantes régulièrement pour que toutes les faces puissent profiter de la lumière.

Qu’est-ce que le photopériodisme ?

Le photopériodisme est le rapport entre la durée du jour et de la nuit. Ce paramètre est un facteur qui joue un rôle important chez les végétaux et qui a une action sur l’induction florale.

En horticulture, on utilise ce phénomène pour maitriser précisément la période de floraison de certaines plantes comme le poinsettia, certains bégonias utilisés en potées fleuries ou encore les Kalanchoes car ce sont des plantes de jours courts, c’est-à-dire des végétaux qui fleurissent quand la durée du jour est plus courte que la durée de la nuit.

En effet, il est possible de faire croire aux plantes que c’est le moment de fleurir et donc d’hâter la floraison en occultant les plantes une partie de la journée ou au contraire de retarder la floraison en éclairant les plantes une partie de la nuit.

Comment mesurer la lumière ?

Comme la lumière utile aux plantes est très différente de ce que voit l’œil humain, il peut être intéressant de mesurer la lumière disponible. Cela permet de mieux comprendre ce phénomène mais aussi de donner quelques outils pour comprendre l’éclairage artificiel.

Le flux lumineux s’exprime en lumens (lm) et c’est une valeur qui est souvent indiquée sur les éclairages artificiels.

L’éclairement s’exprime en lux, se mesure grâce à un luxmètre et on sait que lux = lm/m². C’est la meilleure solution pour se donner une idée de la lumière utile disponible pour ses plantes en utilisant un luxmètre aux différents endroits de l’intérieur. Attention à l’utilisation des applications qui ne sont pas du tout fiables ; il vaut mieux acquérir un luxmètre qui se trouve facilement à un budget abordable.

Il est totalement utopique de donner des valeurs précises pour chaque plante mais pour se faire une petite idée voici quelques données à avoir en tête : en été dans le Sud de la France à l’extérieur, il y a entre 5000 et 10000 lux à l’ombre légère d’arbres suivant si la journée est ensoleillée ou pluvieuse. Un ciel couvert peut aller jusqu’à 20000 lux et un soleil légèrement voilé peut donner 40000 lux. Donc une plante à l’extérieur pourra recevoir entre 40000 à 80000 lux en plein soleil et entre 4000 et 10000 lux à l’ombre. Pour finir, imaginez maintenant la différence que vivent nos plantes tropicales entre leur milieu naturel et nos intérieurs !

Par contre, les professionnels utilisent une autre mesure pour la gestion de la lumière dans les serres que sont les watts par mètre carré (W/m²). Cela permet de régler les ombrages pour que les plantes ne reçoivent pas trop de lumière pendant la saison estivale. Pour se donner une idée de quelques paramétrages, un ombrage sur une serre à Ficus se fermera à partir de 650 W/m² alors que pour une serre à fougères se sera 450 W/m².

Une petite expérience…

Pour conclure, voici une petite expérience que j’ai réalisée chez moi l’année dernière au mois de novembre pour montrer les différentes mesures faites avec mon luxmètre dans un endroit près d’une fenêtre où je cultive plusieurs plantes. La pièce parait lumineuse malgré la mauvaise météo avec de la pluie. Les plantes sont situées à 1.50m de la fenêtre maximum. C'est une exposition plein Est; ce n'est pas la meilleure exposition mais c'est juste pour faire un exemple.

Les mesures sont prises avec un luxmètre. Les lux sont une des unités de mesure qui servent pour quantifier les besoins en lumière des plantes. Il faut savoir que les plantes tropicales ont des besoins variés suivant leur origine, allant de 500 lux pour une plante de sous-bois à 50000 lux pour une orchidée épiphyte poussant en haut de la canopée.

On voit que les plantes sont en bonne santé mais ce sont des plantes qui ont des besoins faibles en lumière et leur croissance est lente.

Je vous laisse juger par vous-même des mesures indiquées sur les différentes photos.

En conclusion, ce n'est pas parce que la pièce parait lumineuse à l’œil humain que cela est suffisant pour les plantes. De plus, l'intensité lumineuse se dégrade très vite dès qu'on s'éloigne un peu de la fenêtre. Les rayons du soleil vont "tout droit". La lumière est un élément indispensable à la vie des plantes et un des premiers paramètres à prendre en compte pour la culture des plantes tropicales en intérieur.

Dans ma jungle...

J'ai depuis longtemps arrêté de lutter contre le manque de lumière chez moi donc toutes mes plantes sont regroupées près des fenêtres en prenant en compte les différentes expositions possibles.

Pour les endroits que je veux quand même végétaliser mais où le manque de lumière ne permet pas de mettre une plante à l'année, j'utilise des plantes fleuries comme les orchidées par exemple, juste pour le temps de la floraison ou alors je fais tourner des plantes de ma jungle.

Concernant les éclairages artificiels, j'en possède pour mes terrariums car c'est quasiment impossible de faire autrement et ma préférence va à des rampes Chihiros utilisées habituellement pour les aquariums. C'est de la bonne qualité, l'intensité est réglable et ça se trouve facilement d'occasion.

J'ai aussi un pallier que je souhaitais garnir de plantes mais dont la toute petite fenêtre de toit ne m'apportait que peu de lumière au regard de la surface disponible. J'ai donc choisi un batten rempli de leds de la marque Lumilight qui propose des éclairages spécialement conçus pour les orchidées et les plantes tropicales. Je trouve que c'est un bon compromis au niveau qualité avec un prix raisonnable.