Lutte biologique

Lutte biologique avec les plantes d'intérieur

La lutte biologique a fait son apparition dans les années 80 suite à des problèmes de résistance aux produits chimiques chez certains insectes, particulièrement pour l’aleurode, ce qui posait problème dans certaines cultures.

A l’heure actuelle, c’est une réponse indispensable dans notre société pour aller vers une culture plus écologique et plus responsable ; surtout qu’elle a fait ses preuves depuis de nombreuses années. Il faut juste appréhender les choses différemment et apprendre à tolérer quelques bestioles qui se promènent sur nos plantes.

Qu’est-ce que la lutte biologique ?

C’est l’utilisation de « gentils » insectes (les auxiliaires) pour lutter contre les insectes nuisibles aux plantes (les ravageurs). Cela peut aussi passer par l’utilisation d’autres organismes comme des champignons ou des bactéries. Mais c’est surtout mettre au placard les produits chimiques pour mettre en place diverses méthodes naturelles sans impact sur l’environnement.

Les auxiliaires sont élevés par des professionnels puis lâchés sur les plantes présentant un problème. Plusieurs adaptations des insectes sont utilisées comme la prédation mais aussi le parasitisme.

Pour la plupart, ces solutions doivent être mises en place en milieux clos (intérieur, serre, véranda…) pour fonctionner parfaitement et aussi éviter de lâcher des organismes non autochtones dans la nature.

Principes de base

Il est absolument nécessaire de changer de point de vue quand on veut utiliser correctement la lutte biologique. En effet, cette technique est très différente de la lutte chimique. Voici les points clés à avoir en tête :

 

La prévention et les méthodes prophylactiques sont très importantes et sont la base pour ne plus utiliser de produits chimiques. En effet, il faut faire le maximum pour mettre en place les conditions adéquates pour cultiver les plantes car un végétal en bonne santé saura se défendre contre les insectes nuisibles. Il est donc primordial de s’assurer que l’on donne à nos plantes les meilleures conditions de culture possibles en prenant en compte les facteurs suivants dans l’ordre : lumière, arrosage, substrat, engrais…Il est aussi nécessaire que les plantes et leur environnement immédiat restent propres en enlevant les feuilles mortes régulièrement, en nettoyant les pots entre deux culture ou encore en désinfectant les outils.

 

Ne plus traiter avec des produits chimiques est aussi un acquis indispensable car une molécule qui détruit un ravageur aura forcément un impact sur les autres insectes. Il existe des produits compatibles avec la lutte biologique mais ils sont à utiliser avec parcimonie et dans des conditions particulières.

 

En lutte biologique, il faut accepter qu’il soit possible qu’une petite population de ravageurs soit présente sans que cela nuise aux plantes ; c’est le seuil de tolérance. Donc il ne faut pas s’inquiéter outre mesure si on croise quelques insectes sur nos plantes tant que la situation est sous contrôle et que la surveillance hebdomadaire permet de détecter une invasion pour agir en conséquence.

 

Il est souvent difficile de pérenniser un auxiliaire donc il faudra parfois faire des lâchers régulièrement pour obtenir des résultats intéressants. En effet, la vie des auxiliaires est liée aux populations de ravageurs et il peut être compliqué de leur apporter la nourriture nécessaire pour qu’ils se développent toute l’année dans notre jungle.

 

Il faut aussi prendre en compte le fait que les auxiliaires se développent en fonction des ravageurs présents donc il peut y avoir un délai d’action avec un décalage entre la population d’auxiliaires et celle de ravageurs. C’est le moment délicat où il faut parfois être patient pour obtenir des résultats mais aussi bien estimer la quantité à apporter.

 

Le plus important est de bien étudier la situation avant de décider quelle est la meilleure solution à mettre en place. En effet, il existe de nombreux auxiliaires que l’on peut utiliser mais certains ne vont avoir une action qu’avec un insecte précis. Il est donc intéressant de déterminer précisément l’espèce qui pose problème. Et il faut aussi prendre en compte les conditions dans lesquelles les auxiliaires vont être lâchés comme la température qui peut jouer avec certains.

Quelques exemples en photos
Les auxiliaires les plus intéressants en intérieur

Pour lutter contre les ravageurs, il existe tout un panel d’auxiliaires à notre disposition qu’il est possible d’utiliser en intérieur. Voyons ensemble les plus connus et les plus simples d’utilisation !

Pour des solutions précises pour chaque insecte ravageur, il suffit de se reporter à la partie « Parasites & maladies » du site internet.

 

Chrysope

C’est la larve de plusieurs espèces d’insectes de la famille des Chrysopidées qui est utilisée car elle est très vorace et surtout polyphage, c’est-à-dire qu’elle s’attaque à de nombreux ravageurs comme les pucerons, les cochenilles farineuses et bien d’autres encore si elle n’a que ça sous la dent. On peut trouver des œufs ou directement des larves à l’achat qui doivent être répartis sur le feuillage des plantes à proximité immédiate des foyers de ravageurs. Il est assez difficile de faire prospérer une population en intérieur donc il faudra renouveler les apports suivant l’évolution du problème.

 

 

 

Larve de chrysope
Larve de chrysope

Acariens prédateurs

De gentils acariens nous viennent en aide pour lutter contre plusieurs nuisibles de nos plantes comme les acariens et les thrips. Ce sont principalement Phytoseiulus persimilis et Neoseiulus cucumeris que l’on trouve facilement dans le commerce. Le plus simple est d’utiliser des sachets qui contiennent comme une nurserie à acariens et qu’il suffit d’accrocher aux plantes infestées pour qu’ils se répartissent pendant plusieurs semaines sur le feuillage. Il existe aussi des flacons remplis de vermiculite à disséminer mais je trouve ça moins pratique et les apports devront être plus fréquents.

 

Larves de coccinelles

Ce sont de vraies alliées au jardin mais elles peuvent aussi être utilisées en intérieur pour lutter contre les pucerons en utilisant des espèces indigènes comme Adalia bipunctata par exemple. Pour les cochenilles farineuses, il existe une petite cochenille australienne, Cryptolaemus montrouzieri, qui est très vorace et peut donner de bons résultats. Par contre, il est très compliqué d’avoir une population à demeure en intérieur donc les apports devront être renouvelés en cas de persistance du problème.

 

Larve de coccinelle asiatique
Larve de Cryptolaemus montrouzieri
Cryptolaemus montrouzieri
Comment répondre graduellement à une attaque en intérieur ?

Quand on utilise la lutte biologique pour cultiver des plantes, il faut toujours avoir une réponse graduée lorsqu’on découvre une attaque sur nos plantes, c’est-à-dire que l’on va mettre en place des solutions petit à petit et non sortir l’artillerie lourde dès que l’on aperçoit la moindre bestiole. Avant toute chose, il faut déterminer précisément si l’insecte est nuisible ou pas car de nombreux insectes ne sont pas néfastes aux plantes.

● Quand l’attaque est mineure, une simple élimination manuelle peut largement suffire quand on tombe sur une bestiole, voire en taillant la partie infestée de la plante.

● Quand on atteint le niveau au-dessus, on peut utiliser la recette magique (voir les ingrédients et le dosage ici) pour décoller certains insectes à l’aide d’un pinceau ou en pulvérisation. Mais les huiles essentielles ne sont pas des produits anodins donc il faut les utiliser avec parcimonie en cas de problème important et non à la moindre occasion.

En parallèle des actions précédentes et si l’attaque se développe, il est possible de faire des apports « choc » d’auxiliaires en ciblant bien le problème pour avoir une vraie action. Il est aussi possible de faire deux ou trois apports dans l’année quand un problème devient récurrent, comme pour réguler une population de thrips ou d’acariens, en apportant des auxiliaires qui feront un travail de fond comme les larves de chrysope et les acariens prédateurs de type . C’est bien sûr à adapter à chaque jungle !

Bibliographie

L’ouvrage le plus complet sur le sujet reste à l’heure actuelle celui de l’entreprise Koppert « Connaitre et reconnaitre : la biologie des ravageurs des serres et de leurs ennemis naturels » mais il existe d’autres livres sur les insectes que vous pouvez retrouver sur la page « bibliographie » du site internet.

Livre de Koppert sur la lutte biologique
Où acheter des auxiliaires ?

En France, toutes les jardineries proposent maintenant de la lutte biologique mais c’est souvent assez onéreux pour une qualité médiocre. Il est préférable de se tourner vers des spécialistes comme l’entreprise Crisop par exemple.