top of page

Parasites et maladies

En tant que passionné de plantes d’intérieur, on est très vite amené à faire la connaissance de différents insectes nuisibles et de maladies qui peuvent parfois faire des dégâts considérables. Mais, avec certaines règles de base et une surveillance régulière des plantes, on arrive à gérer le problème sans trop de difficultés.

Sur cette page, vous pouvez trouver des informations sur les parasites et les maladies avec de nombreuses photos pour faire le diagnostic mais aussi des solutions naturelles pour protéger vos plantes.

Le plus important à avoir en tête est que les parasites et les maladies sur les plantes d'intérieur sont un symptôme d'un stress et non le problème de base. En effet, une plante en bonne santé et cultivée dans de bonnes conditions ne sera pas attaquée. Il faudra donc, en parallèle des actions pour lutter, voir comment améliorer les conditions de culture pour ne pas que les bestioles reviennent; en prenant en compte la lumière dans un premier temps puis l'arrosage car ce sont les facteurs essentiels en intérieur.

La première chose indispensable est de s’occuper et d’observer régulièrement ses plantes. En effet, plus l’invasion est prise tôt, plus il sera facile de rétablir la situation.

Il est aussi très important de tout mettre en place pour avoir des plantes en meilleure santé possible. Il faut donc se renseigner, collecter des informations sur la culture et les mettre en place le mieux possible.

Enfin, il est nécessaire de nettoyer régulièrement ses végétaux, de les rempoter, les nourrir mais aussi de leur apporter un arrosage adéquate. Les méthodes prophylactiques sont une des clés de la réussite de la culture des plantes d’intérieur. Bon sens et observation sont de très bons alliés !

Personnellement, je n’utilise pas de produits chimiques pour traiter mes plantes. A l’heure actuelle, je pense que c’est un choix indispensable !

Pour lutter contre les ravageurs, voici ma recette « magique » : Pour 1L d’eau, diluer une cuillère à soupe de savon noir liquide (Briochin) et 10 gouttes d’huile essentielle de cannelle.

Ces proportions sont bien sûr à adapter suivant les plantes et il est parfois nécessaire de rincer les végétaux les plus sensibles.

          les huiles essentielles sont des ressources rares et non anodines, elles sont donc à utiliser avec parcimonie et en dernier recours !

kisspng-icon-danger-tape-cliparts-5a7c86e0904209.5288672815181104325909.png
Cochenille farineuse sur un Adiantum
Les parasites

Voici les principaux ravageurs que l'on peut rencontrer sur les plantes d'intérieur :

- les cochenilles farineuses

- les cochenilles à carapace et à bouclier

- les pucerons

- les thrips

- les mouches des terreaux

- les acariens

- les autres ravageurs

Chaque page présente les informations indispensables à connaitre, les moyens de lutte ainsi que de nombreuses photos et illustrations pour poser le diagnostic.

Les maladies & virus

Les maladies les plus couramment rencontrées dans les plantes d’intérieur sont des maladies cryptogamiques, c’est-à-dire dues à des champignons. Mais heureusement, elles sont rares et les virus encore plus.

On a vite tendance à s’inquiéter quand une tâche apparait sur le feuillage d’une plante mais c’est très souvent un problème de culture comme un manque de lumière ou alors une vieille feuille qui a fini sa vie.

Vous pouvez retrouver une page entière dédiée aux maladies et aux virus des plantes d'intérieur ICI avec des photos et des conseils.

Virus sur une Monstera
La lutte biologique

La lutte biologique devient de plus en plus accessible au grand public et il serait dommage de ne pas utiliser ces solutions écologiques. Une page entière sur le sujet est maintenant disponible ICI !

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour comprendre les principes de la protection des végétaux sans produits chimiques ainsi que de nombreuses photos et exemples de solutions écologiques.

Et voici quelques sites internet intéressants sur le sujet :

www.koppert.fr le leader sur le marché européen avec un site bien illustré

www.biobestgroup.com un autre acteur de la lutte biologique

www.crisop.shop/ un revendeur français sérieux

 

Certains livres peuvent aussi aider à mieux comprendre le développement des insectes et des maladies. N’hésitez pas à aller faire un tour sur la page BIBLIOGRAPHIE.

Non aux produits chimiques !

Personnellement, je n’utilise pas de produits chimiques pour traiter mes plantes. A l’heure actuelle, je pense que c’est un choix indispensable ! Cela fait de nombreuses années que c'est prouvé qu'ils n'ont que peu d'impact sur de nombreux ravageurs à cause de mécanismes de résistance et surtout, les produits chimiques sont dangereux pour nous et l’environnement. Et il existe de nombreuses solutions naturelles qui fonctionnent très bien.

Par contre, certains produits "naturels" représentent un danger non anodin en intérieur comme la pyréthrine ou encore l'huile de neem qui est un perturbateur endocrinien. Ce sont des molécules qu’il faut utiliser avec une protection intégralement étanche pour se protéger de leurs effets sur nous donc je préfère m’en passer aussi. On a vite tendance à oublier d’être prudent dès que les mots « d’origine naturelle » ou « utilisable en agriculture biologique » apparaissent sur les emballages. Mais certains produits qui agissent sur le système nerveux des insectes ou leur système digestif comme le Bacillus thuringiensis ont aussi un impact sur les humains.

Les recettes naturelles

Même si les insectes auxiliaires sont d’une grande aide pour défendre ses plantes d’intérieur, il existe également quelques mélanges faciles à réaliser avec des ingrédients que l’on possède déjà à la maison. Ils peuvent être utilisés en début d’attaque quand on découvre quelques insectes ou bien lors du début d’une maladie cryptogamique.

Les proportions sont données à titre indicatif et doivent être adaptées suivant les plantes et les conditions de culture. Il est parfois nécessaire de rincer les végétaux les plus sensibles.

 

 

 

savon noir = ce grand classique peut avoir son utilité en vaporisation pour détruire certains insectes comme les pucerons ou les larves de thrips mais il peut aussi être utilisé avec un petit pinceau pour décoller les cochenilles par exemple. Ce produit agit en faisant une couche qui va empêcher l’insecte de respirer. Personnellement, je préfère le savon noir liquide de bonne qualité comme celui de la marque Briochin car il est déjà dilué pour éviter les surdosages et il ne contient pas de produits nocifs. On peut lui additionner une huile essentielle de cannelle qui a des propriétés antiseptiques ou même de clou de girofle. Pour 1L d’eau, diluer une cuillère à soupe de savon noir liquide (Briochin) et 10 gouttes d’huile essentielle de cannelle.

 

huile de colza = c’est un ingrédient peu onéreux et facile à trouver comme le savon noir. L’huile est censée recouvrir l’insecte et l’empêcher de respirer pour le tuer. Comme le savon noir, l’huile a ses limites mais cela peut convenir pour traiter un début d’attaque. Ce produit agit aussi en faisant une couche qui va empêcher l’insecte de respirer. Par contre, il est indispensable de mettre quelques gouttes de savon noir ou de liquide vaisselle pour que l’huile puisse se mélanger avec l’eau. On utilise généralement deux cuillères à soupe pour 1L d’eau. Il est aussi possible d’utiliser d’autres huiles végétales comme celle de Tournesol par exemple.

 

alcool = c’est un produit qui peut être intéressant car il peut détruire les insectes à corps mou comme les pucerons ou les larves de thrips mais il faut l’utiliser avec parcimonie car il peut avoir un impact non négligeable sur les plantes et même un effet à retardement plusieurs jours après la vaporisation voire même plusieurs semaines. 

 

bicarbonate de soude = c’est une substance qui peut être utilisée en vaporisation sur le feuillage pour lutter contre les maladies cryptogamiques mais il faut faire attention à ne pas trop doser car c’est assez fort et certains feuillages peuvent ne pas apprécier. Il est aussi indispensable de protéger du soleil les plantes fraichement traiter pendant quelques jours pour éviter les brulures. Ce produit agit en changeant le ph sur la surface de la feuille pour empêcher le développement du champignon. On utilise généralement 3g/L d’eau.

 

huiles essentielles = certaines huiles essentielles peuvent être utilisées en ajout d’un mélange de savon noir pour leurs propriétés antifongiques et antiseptiques. Ce sont des substances assez fortes donc il faut être raisonnable sur le dosage et n’utiliser que quelques gouttes. Les huiles essentielles sont des ressources rares et non anodines, elles sont donc à utiliser avec parcimonie. Personnellement, j’utilise l’huile essentielle de cannelle en mettant 10 goutes dans un mélange de savon noir et d’eau. Mais d’autres huiles essentielles peuvent avoir des propriétés intéressantes comme celle de clou de girofle.

 

On peut aussi utiliser des mélanges qui sont habituellement utilisés pour le jardin comme le purin d’ortie, la décoction d’ail, la bouillie bordelaise ou le souffre.

Dans le commerce, on peut aussi trouver d’autres molécules intéressantes mais attention aux prix excessifs de certains mélanges tout prêts qu’il est beaucoup plus rentable de faire soi-même. Pensez à toujours lire les étiquettes pour voir la composition ! On peut aussi trouver d’autres molécules qui peuvent être intéressantes en tant qu’insecticide ou que fongicide comme Oriange (huile essentielle d’orange douce) et Delfin (Bacillus thuringiensis subsp. kurstaki). Prenez soin de bien respecter les préconisations du fabricant.

 

Qu’importe la solution choisie, il faut garder en tête qu’une seule application ne sera pas forcément suffisante suivant le produit et la taille de l’infestation mais il faut prendre en compte le cycle biologique de l’insecte et la façon dont agit le produit.

Comment trouver le problème de ma plante ?

Pour faire un diagnostic rapide, il suffit de visiter la page dédiée où une galerie d’images présente les principaux insectes et maladies rencontrés en intérieur mais aussi divers problèmes physiologiques ICI.

Cela vous permet de comparer ce que vous observez chez vous avec les photos disponibles pour trouver ensuite des solutions efficaces à votre problème.

Chaque photo possède un lien et renvoie vers une page pour vous permettre de trouver des solutions naturelles pour résoudre le problème de votre plante.

Les insectes peuvent être utiles !

Tous les insectes ne sont pas nuisibles aux plantes. Bien au contraire, certains sont nos alliés pour lutter contre les ravageurs !

Il est donc indispensable de bien réfléchir quand on croise le chemin d'un insecte et d'apprendre à reconnaitre les insectes auxiliaires à tous les stades de leur vie pour ne pas faire d'erreurs de jugement.

 

(Toutes les photos présentes sur cette page ont été prises par moi-même donc merci de respecter mon travail en ne les utilisant pas sans mon autorisation)

Diagnostic problèmes plantes d'intérieur
bottom of page